Une église à imiter

Malgré toute la peine qu’il pouvait parfois ressentir, l’apôtre Paul n’hésitait pas à parler sévèrement si nécessaire. A l’église des Corinthiens, il écrira : « Si je retourne chez vous, je n’userai d’aucun ménagement » (II Cor. 13/2). Dans la même lettre, à propos d’un homme qui disait : « Ses lettres sont sévères et fortes ; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable », il répondra : « Que celui qui parle de la sorte considère que tels nous sommes en paroles dans nos lettres, étant absents, tels aussi nous sommes dans nos actes, étant présents » (II Cor. 10/11-12). « C’est pourquoi j’écris ces choses étant absent, afin que, présent, je n’aie pas à user de rigueur, selon l’autorité que le Seigneur m’a donnée pour l’édification et non pour la destruction » (II Cor. 13/10).

Mais, concernant l’assemblée des Thessaloniciens, son langage s’exprimera bien différemment. Seront mises en évidence : leur foi, leur amour actif, la fermeté de leur espérance (I Thes. 1/3), leur élan fraternel (3/6), leur marche spirituelle afin de plaire à Dieu (4/1).

Pour deux sujets, l’apôtre emploiera cette expression inhabituelle : « Vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive » (I Thes. 4/9). Premièrement, pour un amour fraternel dépassant largement les frontières de leur communauté : « C’est aussi ce que vous faites envers tous les frères dans la Macédoine entière » (4/10). Deuxièmement, « pour ce qui est des temps et des moments » (5/1), que ce soit la connaissance des temps passés, la manière de vivre le temps présent, et tout ce qui concerne l’avenir, « vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive » (5/12). « Vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit » (5/1-2). Vous savez, bien, fort bien, très bien, parfaitement bien, selon les diverses traductions.

Concernant le retour du Seigneur, « vous n’êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour » (5/4-5).

Quant au domaine de l’exhortation mutuelle, de la consolation, de l’encouragement, Paul écrira : « exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites » (5/11).

Toutes ces constatations sur l’attitude de l’église des Thessaloniciens demeurent un exemple à étudier et à suivre sur le plan collectif, mais également, sur le plan individuel.

Que l’on puisse dire la même chose de chacun de nous.

Laurent Van de Putte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *